Sélectionnez la page

Dans l'émission Wedotalk de cette semaine, David a interviewé Elaine Lindsay, partenaire fondatrice de TROOL Social Media. Elaine est une stratège de l'intégration du référencement, une formatrice en médias sociaux, une conférencière et une invitée et animatrice fréquente sur de multiples canaux médiatiques. Elaine raconte comment elle a vu l'opportunité de transformer le monde de la recherche sur Internet en une entreprise prospère et que, même aux premiers jours d'Internet, le meilleur site Web du monde était inutile si personne ne pouvait le trouver. Ils parlent ensuite de manière assez approfondie du travail d'Elaine dans le cadre de sa nouvelle mission "Suicide Zen Forgiveness". Adolescente, Elaine a perdu une amie proche, Andrea, qui s'est suicidée. Quelques années plus tard, elle a eu un grave accident de voiture qui l'a laissée avec de graves blessures physiques, suivies d'une série d'opérations chirurgicales irréfléchies qui ont entravé son rétablissement au lieu de l'aider. En proie à de graves douleurs physiques, Elaine a tenté de mettre fin à ses jours. Pendant de nombreuses années, Elaine avait caché la douleur physique qu'elle avait subie, la douleur émotionnelle de la perte de son amie et sa propre tentative de suicide. En 2013, elle a commencé à parler plus ouvertement de cette partie d'elle et a ressenti le besoin d'honorer son amie Andrea, ce qui a conduit à sa mission actuelle. Bien qu'Elaine soit très attachée à la prévention du suicide, son travail soutient ceux qui sont laissés derrière et leur chemin vers le rétablissement, la guérison et le pardon.

Il n'est pas surprenant qu'Elaine ait mis à profit ses connaissances des médias numériques pour faire connaître sa mission et on peut la trouver sur plusieurs plateformes.
Coordonnées d'Elaine :
Facebook : https://www.facebook. com/TheElaineLin...
LinkedIn
: https://www.linkedin.com/in/elainelin...
Twitter : @SZF42
Instagram : @suicidezenforgiveness
Email : [email protected]
Clubhouse : @suicidezenforgiveness
Site web
: https://szf42.com

Découvrez-nous sur Spotify et Soundcloud !
https://soundcloud.com/wedotalk https://open.spotify.com/show/4I9FMo7...

Les médias sociaux de Wedo :
https://www.instagram.com/wedo_hq/
https://twitter.com/wedo_hq

 

Trasnscript :

De l'intégration du référencement au pardon du suicide | Wedotalk avec David

David : Bonjour et merci de vous joindre à nous. Yous êtes en train d'écouter une discussion de Wedo avec David Jaques.

Bonjour, bienvenue au Wedotalk de cette semaine. Donc, au cours des dernières conférences que j'ai faites, nous avons eu des sujets assez variés sujets assez variés. Certains des invités récents ont abordé des sujets tels que les médias sociaux, la façon dont les médias sociaux peuvent être utilisés à bon escient, l'esprit d'entreprise, de nombreuses histoires de personnes dans leur conquête entrepreneuriale, leurs succès, leurs échecs, et bien sûr, nous avons toujours lié le tout avec l'histoire humaine et quelque chose qui est très proche de mon cœur et qui est la santé mentale et le bien-être. Et l'invité d'aujourd'hui est en fait bien qualifié pour pouvoir parler de ces trois sujets. Aujourd'hui, Elaine Lindsay nous rejoint depuis Ottawa, en Ontario, au Canada.

Donc, Elaine, un très bon après-midi à vous. Bienvenue à Wedo, merci beaucoup d'être là.

Elaine : Merci beaucoup de me recevoir David, j'apprécie vraiment l'opportunité de parler avec vous.

David : Oui, et Elaine, vous êtes une pionnière, une adepte précoce de beaucoup de choses. Vous êtes l'associée fondatrice de true social media, vous êtes une SEO, optimisation des moteurs de recherche pour les personnes qui ne connaissent pas la SEO, spécialiste de l'intégration, formatrice en médias sociaux, conférencière, vous avez pour mission d'aider les gens à mieux gérer leur entreprise.

Vous avez créé votre premier site web en 1999. Cela relève du thème de l'adoption précoce. Vous faites de l'optimisation pour les moteurs de recherche depuis 2003. Vous avez été présenté dans de nombreux domaines comme une autorité, notamment sur la liste des best-sellers d'Amazon à plusieurs reprises. Vous avez été hôte et invité sur plusieurs chaînes de podcast, et j'ai vu que certaines des choses que vos clients ont dites à votre sujet et ils ont fait référence à vous comme le maximiseur et la diva numérique. C'est donc une sacrée réputation, et je suis très honoré que vous me parliez aujourd'hui. Nous allons également aborder d'autres sujets, mais nous pourrions peut-être commencer par vous parler un peu de votre entreprise, des médias sociaux, de ce qui vous a amené à vous lancer dans l'optimisation des moteurs de recherche il y a presque 20 ans. et où en est votre entreprise aujourd'hui.

Elaine : Et bien, merci pour l'opportunité. Eh bien, j'ai oublié d'être la maximisatrice. En 99, quand j'ai fait mon premier site web, c'était pour un conseiller régional, un politicien ici dans la région d'Ottawa et très rapidement, j'avais fait ce site et il était magnifique et tous les autres conseillers l'aimaient et je continuais à penser, à quoi ça sert si personne ne sait comment le trouver. Vous pouvez créer tous les sites Web du monde, mais si les gens ne peuvent pas les trouver, à quoi cela va-t-il servir ? et c'est ce qui m'a conduit au référencement. Donc, en quelques années, j'ai commencé à suivre les premiers adeptes, Brad Callan était l'un d'eux et j'ai réalisé que grâce à l'optimisation des moteurs de recherche, vous pouviez mettre votre site sur le radar.
Et même avant google il y en avait d'autres, il y avait dogpile, il y avait Alexa, il y avait tous ces petits moteurs de recherche, yahoo et Netscape, explorer je crois. Tous ces endroits commençaient tout juste à compiler leurs répertoires de ce qui était sur le web. Donc, en substance, si vous êtes une personne logique et d'une manière très exaspérée, mon mari et mes enfants disent : "Oh mon dieu, tu penses et tu parles comme un ordinateur". Je suis donc chez moi dans le monde de l'informatique et je pense un peu comme ça. Donc, pour moi, il était logique de suivre les choses d'une manière qui vous permette
de laisser ces petits robots vérifier ce qui est pertinent et ce qui est de bonne qualité - ces deux mots sont essentiels. mots sont essentiels. Pas seulement dans mon entreprise mais dans tout le monde numérique et en comprenant cela, il est devenu relativement simple pour moi d'amener mes clients à la page 1. Nous y voilà, vous savez 20 ans plus tard, c'est beaucoup plus difficile d'atteindre la page 1, mais c'est toujours possible, parce que tous les moteurs de recherche, à commencer par Google, veulent renvoyer la réponse la plus pertinente et de meilleure qualité pour chaque utilisateur qui demande.
Donc, pour moi, c'est une évidence si vous connaissez
votre métier, si vous êtes l'expert dans votre niche, peu importe que vous soyez IBM ou même google. Si tu es une petite entreprise qui comprend exactement ce qu'elle fournit, elle aussi peut être en page 1.

David : Oui, c'est une grande mission et qui sont certains des clients que vous servez aujourd'hui ? Quel type d'entreprise ? S'agit-il de grandes entreprises ? De grandes sociétés mondiales ? De petites entreprises indépendantes ? Pour qui travaillez-vous ?

Elaine : Je préfère vraiment la petite entreprise indépendante, je travaille avec des comédiens, des gens des médias, des auteurs, des coachs.
Je fais quelques entreprises un peu plus grandes, mais un de mes clients, nous parlions justement de ce couple il y a quelques semaines. Elle est à la retraite depuis presque trois ans. Un sénateur américain l'a approchée il y a quelques années en lui disant : " Pourquoi est-ce que je n'arrive pas à vous dépasser dans Google ? Qu'est-ce que tu fais pour me battre ? Et nous avons le même nom. Et ma cliente, depuis trois ans, nous essayons de la mettre hors page. Étant à la retraite, elle n'en a plus besoin, mais pour moi, c'est le défi, c'est ce qui est amusant. Pour les comédiens, il s'agit de trouver de très bonnes formulations de mots-clés qui correspondent à ce que les gens recherchent, car c'est l'un des problèmes des petites entreprises, lorsque vous êtes plongé dans votre propre expertise, vous ne réalisez pas forcément ce qu'une personne réelle rechercherait.
Exemple concret : je travaille avec un grand groupe de santé, et ils font tout, de la nutrition aux massages, en passant par les naturopathes et les animaux domestiques, c'est une technologie de champ électromagnétique pulsé. Ils font toutes sortes de choses phénoménales, mais quand ils ont commencé à faire des mots-clés, ils voulaient aller vers des choses comme la nutrition et les suppléments de vitamine B12 et vous savez tout cela très, très profond dans leur propre expertise et j'ai dit que ce n'est pas ce que les gens recherchent. Ils recherchent mes enfants qui vomissent ou comment m'aider à avoir la diarrhée, ou comment arrêter le mal de tête de mon mari. Ils veulent des choses réelles pour des gens réels et cela se traduit par le fait que vous voulez savoir ce que John Q. Public demande et la façon la plus simple de le faire est d'aller demander à quelqu'un.

David : Ouais, ok.

Elaine : Ils n'ont même pas besoin d'être vos clients, il suffit de demander.

David : Oui, je pense que ce que vous dites est très pertinent pour attirer le bon public et l'un de mes récents invités est en fait quelqu'un que vous connaissez peut-être Samantha Kelly, autrement connue sous le nom de déesse du tweet. Et elle a fait quelque chose de très similaire en amenant les gens à se concentrer sur l'utilisation de Twitter et d'autres plateformes de médias sociaux pour atteindre les bonnes personnes et une fois que vous avez atteint les bonnes personnes, c'est incroyable ce que vous pouvez faire.

Elaine : En fait, je travaille avec Sam et Sam m'a fait venir en Irlande pour parler il y a quelques années. Elle est absolument phénoménale et c'est vraiment la déesse du tweet.

David : Oui, ça faisait partie du réseau d'inspiration des femmes, le groupe qu'elle a mis en place ?

Elaine : Oui, ça l'était.

David : Oui, un groupe merveilleux. Donc, Elaine, merci pour ça. Donc, clairement oui vous savez les médias sociaux, vous savez entrepreneuriat, vous avez créé votre propre entreprise, vous en avez fait un succès, donc belle histoire. Alors, changeons un peu de sujet et parlons de la santé mentale. Je vous regarde et je pense que nous sommes en quelque sorte sur un parallèle, nous avons tous deux des carrières, des carrières réussies dont nous sommes fiers, et de bonnes choses que nous avons faites. Donc, vous avez votre travail dans votre entreprise, j'ai mon travail dans le domaine de la finance ici dans la Silicon Valley. C'est ce pour quoi nous sommes probablement célèbres, je ne dirais pas que nous sommes des célébrités, mais les gens de nos marchés nous connaissent probablement et c'est pour cela qu'ils nous reconnaissent, mais vous et moi avons une passion pour la sensibilisation à la santé mentale, pour raconter les bonnes histoires, pour éliminer la stigmatisation et c'est quelque chose qui pour moi est devenu très important dans ma vie. Je passe de plus en plus de temps à le faire, et je pense que vous aussi. Ma mission a donc été d'encourager les gens à raconter leur histoire, à éliminer les stigmates et la honte. Je dis toujours que je ne suis pas médecin et que je ne suis pas qualifiée pour traiter les gens, mais que je suis qualifiée pour raconter mon histoire et encourager les autres à faire de même. Et malheureusement, même après beaucoup de travail et beaucoup de mouvements positifs dans le monde de la santé mentale, beaucoup de gens ne considèrent pas la santé mentale et la maladie mentale comme une maladie potentiellement mortelle, et c'est le cas. Et très tristement, très tragiquement, des gens s'enlèvent la vie et il s'agit généralement d'une situation, de nombreuses raisons pour lesquelles cela peut arriver, mais généralement je vois cela comme une personne qui se sent si inutile, qui ne vaut rien, les gens qu'elle aime sont mieux sans elle. Et donc je sais que vous avez fait beaucoup de travail dans ce domaine, mais ce que vous avez fait avec votre nouvelle mission que vous appelez "Suicide Zen Forgiveness" est vraiment d'aider ceux qui restent derrière, parce que c'est quelque chose que je n'ai pas vraiment examiné de près et je suis au courant de personnes qui ont pris leur propre vie et qui ont envisagé de le faire, et ce n'est pas seulement une chose tragique quand cela se produit et pourrait être évité, mais c'est aussi une chose qui peut être évitée. Je suis conscient que des personnes ont envisagé de s'enlever la vie et ce n'est pas seulement une chose tragique quand cela arrive et pourrait être évité, mais il y a des gens qui sont dévastés par cela, la mort d'un être cher, mais quand c'est la propre initiative de quelqu'un qui fait cela, comment les personnes laissées derrière réussissent-elles à survivre ?
Donc,
Nous aimerions vous poser quelques questions sur le travail que vous faites et sur la façon dont votre mission se déroule, mais je pense que vous avez probablement une histoire personnelle et peut-être des points de déclenchement dans votre vie qui ont rendu cela important pour vous, alors pourriez-vous nous parler un peu de ce monde et pourquoi c'est une chose très importante pour vous.

Elaine : Absolument et merci d'avoir si bien ouvert la porte à cette pièce vraiment importante. Vous avez raison quand vous dites que je suis en mission, ma mission est de mettre fin à la stigmatisation, à la honte et au silence qui accompagnent le suicide. Les gens ont souvent peur d'en parler lorsqu'ils ont perdu quelqu'un, et encore plus lorsqu'ils ont eux-mêmes tenté de le faire. Nous en parlons dans mon émission, j'ai une émission, j'ai une pièce sur clubhouse et je me lance dans d'autres choses en rapport avec cette mission de permettre aux gens de partager leur histoire parce que lorsque vous partagez votre histoire, vous allégez votre fardeau. Donc, je vais revenir en arrière et dire que lorsque j'avais sept ans, la sœur de mon père est morte. C'est tout ce que je savais alors, elle est morte. Mon père a dû prendre l'avion pour rentrer en Ecosse à ce moment précis. Il n'a pas dit grand chose, ce que j'ai trouvé vraiment bizarre en tant qu'enfant, mais je ne savais pas mieux, j'étais juste un enfant. Quand j'avais 16 ans, une des petites cliques qui traînaient ensemble, ma chère amie Andrea s'est suicidée le soir du Nouvel An et juste avant, peut-être 45 minutes avant minuit, j'avais pris le téléphone pour l'appeler et lui souhaiter une bonne année parce qu'elle gardait sa tante et son oncle de 83 et 86 ans. Au dernier moment j'ai posé le téléphone parce que je me suis dit oh mon dieu je ne veux pas Je ne veux pas qu'elle ait des ennuis si je réveille Emmy ou son oncle, j'aurais de gros ennuis, alors j'ai posé le téléphone et cela me hante depuis.

J'ai 65 ans, ça fait longtemps que je suis là. Ce que je veux mettre sur la table maintenant : les survivants du suicide et ceux qui restent derrière, je porte ces deux casquettes, et cela a beaucoup à voir avec Andrea. Vous voyez, je fais cette mission maintenant parce que c'est mon cadeau à Andrea pour le cadeau qu'elle m'a donné. Quatre ans après qu'Andrea ait pris sa vie, j'ai eu un accident de voiture qui a changé ma vie, sur une autoroute au milieu de la nuit, il faisait -30° Fahrenheit, il n'y avait pas de feux dans le virage de l'autoroute, ma voiture était sur la voie de gauche de l'autoroute et la seule chose que j'ai remarquée juste avant l'accident, c'est que j'étais arrêté juste devant la tombe d'Andrea, un policier m'aidait, nous renforcions ma voiture. Malheureusement, il était très grand, il a donc vu les feux prendre la courbe, j'étais entre les voitures sur l'autre voie, et j'ai appris bien plus tard que son système limbique a pris le dessus, il a plongé dans le banc de neige et s'est sauvé. Lorsque les voitures se sont percutées et séparées, j'ai été projetée dans les airs et je suis retombée sur deux voies de l'autoroute ,manquant un bon morceau de ma jambe gauche. J'étais presque enceinte de sept mois lorsqu'on m'a finalement emmenée à l'hôpital .Comme nous étions en 1976, sans téléphone portable, sans rapidité, j'ai eu de la chance qu'il fasse aussi froid, car c'est ce qui m'a sauvée. Comme ma jambe gelait et que même le sang gelait dans mes jambes et mes pieds, cela leur a donné un peu plus de temps pour essayer de sauver le reste de ma jambe. Je suis resté à l'hôpital pendant des mois et des mois, j'ai dû réapprendre à marcher, j'ai subi opération après opération et beaucoup de chirurgie plastique pour essayer de reconstruire un morceau de ma jambe.
Mon père dit que je devrais dire aux gens que j'ai été mordu par un requin, car c'est une bien meilleure histoire pour le trou dans mes jambes. J'ai un sens de l'humour très tordu et je l'ai toujours eu, et je crois que c'est en partie pour cela que je suis ici aujourd'hui, mais c'est surtout quand les choses ont trop mal tourné et, malheureusement, l'accident n'est pas la pire chose qui me soit arrivée. À cette époque, il y a eu quelques moments où je ne voulais tout simplement pas continuer et c'est quelque chose de vraiment important à comprendre. Très souvent, entre 78 et 82% des personnes qui s'enlèvent la vie sont des malades mentaux, mais pour la plupart, elles ne le sont pas, elles ne veulent pas mourir, ce n'est pas le problème.
Nous voulons que la douleur cesse, quelle qu'elle soit
qu'elle soit spirituelle, émotionnelle, mentale ou, dans mon cas, physique, nous voulons simplement que la douleur cesse. Et c'est la raison pour laquelle, environ sept ans plus tard, j'ai décidé de subir une opération que ma famille ne voulait pas que je fasse, personne ne voulait que je subisse cette opération et, à notre insu, le médecin faisait l'objet d'une enquête, car il avait déjà tué deux personnes avec cette opération. Il a continué à utiliser ses méthodes, je ne sais pas, bizarres, et a gravement gâché mon opération, mais il a essayé de le cacher et ne nous l'a pas dit. Après une semaine à l'hôpital, j'ai pu rentrer chez moi pendant 17 heures, puis tout a basculé. J'ai développé un abcès au poumon gauche, j'ai fait une péritonite, je suis devenu septique, j'ai subi une autre opération, puis une semaine plus tard, une troisième opération au cours de laquelle mon cœur s'est arrêté et le médecin de l'époque était plus désireux de couvrir ses traces, alors il est entré et a démonté tout ce qu'il avait fait.

Nous n'avons pas appris ça pendant 12 ans parce que nous avons fini par aller au tribunal, mais les 25 années suivantes ont été passées pour la première année, je me suis nourri par un tube dans le côté pendant sept mois, il avait coupé mon oesophage et l'avait détourné par le cou, donc j'ai fini par porter un sac de colostomie sur le cou et j'ai la mauvaise habitude de dire vous savez le plastique transparent est une b*** pour accessoiriser. Rien ne va avec ça. Je recherche toujours l'humour, peu importe, mais je dirai qu'à l'époque, j'avais rassemblé plus de 200 pilules et je les ai toutes prises. Quand je suis rentré à l'hôpital, j'ai réalisé ce que j'avais fait, et j'entendais Andrea dans mon oreille me dire comment j'ai osé quand j'ai protesté contre son départ. contre le fait qu'elle nous ait quittés et la douleur dans laquelle je savais qu'elle nous avait laissés, comment pouvais-je faire ça ? Ainsi, à chaque événement successif, je n'étais pas aussi proche du bord au fil des ans, mais je n'ai jamais raconté mon histoire à personne, je n'ai jamais parlé de l'accident ou de la perte de mon enfant ou de quoi que ce soit d'autre jusqu'en 2013. Et je ne sais pas si quelqu'un a posé la Je ne sais pas si quelqu'un a posé la bonne question ou a débranché la prise, nous ne sommes pas sûrs de ce qui s'est passé, mais tout est sorti et à ce moment-là, je me suis retrouvée avec des gens des médias qui m'ont dit que je devais le dire aux gens, que je ne pouvais pas rester assise là-dessus, que je pouvais sauver quelqu'un et on m'a demandé de faire une conférence de type Ted lors d'un grand événement féminin et bien sûr, j'ai engagé quelqu'un pour me guider, je n'aime pas faire quelque chose si je ne le fais pas correctement. Et comme je l'ai écrit et que je travaille avec un éditeur, nous avons réalisé qu'à travers tout cela il y avait un fil et que ce fil était lié à Andrea. et j'avais besoin de l'honorer en faisant quelque chose de plus que simplement raconter mon histoire, j'avais besoin d'en faire une mission et d'aider d'autres personnes qui, comme moi, ne pouvaient plus supporter la douleur, qui, comme Andrea, ne pouvaient plus supporter la douleur.

David : Ouais.

Elaine : J'ai commencé un podcast il y a environ trois ans, la semaine après que Kate Spade et Anthony Bourdain nous aient quittés. et j'en ai fait quelques uns mais c'était vraiment sporadique. Cependant, la pandémie a conduit des enfants de huit ans seulement à avoir des idées suicidaires et les gens ne vous disent pas quand ils perdent des enfants de cette façon. Je suis ici pour dire que, tout d'abord, nous devons mettre fin au silence, à la stigmatisation et à la honte et faire comprendre aux enfants que nous avons parfois de mauvaises pensées et que nous devons être capables de les gérer. Et quand nous pouvons équiper les enfants alors nous serons en mesure de réduire le nombre de personnes que nous perdons. Je ne sais pas, j'espère que ce sera de mon vivant, je ne sais pas, mais c'est mon objectif. Et le fait est que chaque personne que je connais se sent seule et a l'impression que personne ne se soucie d'elle, mais ce n'est pas vrai. Tendez la main. Je me fiche que vous marchiez sur le trottoir, d'accord ? Tendez la main à quelqu'un, n'importe qui, et dites simplement : "Pouvez-vous m'écouter ?". Tendez la main sur Internet, il y a des millions de numéros de téléphone, il y a des millions d'endroits où vous pouvez simplement frapper à une porte et en parler, pour que vous ne nous quittiez pas aujourd'hui.

David : Oui, Elaine, c'est une histoire incroyablement poignante et profonde, merci de l'avoir partagée de manière aussi ouverte et honnête. Et je dirais deux ou trois choses : en vous regardant aujourd'hui, vous ne sauriez jamais que vous avez traversé l'énorme douleur physique que vous avez connue et je sais que vous avez subi de multiples opérations chirurgicales et plusieurs autres choses dans votre vie à la suite de cet accident, mais si nous étions ici à parler de référencement ou de finances à des professionnels, je ne saurais jamais que cela vous est arrivé, Je ne saurais jamais que cela vous est arrivé et je pense que c'est la situation de beaucoup de gens, nous les connaissons pour ce qu'ils sont à l'extérieur, nous ne les connaissons pas à l'intérieur et s'ils ont trop honte et trop peur de parler de leurs sentiments les plus intimes et de leurs peurs, de se sentir vulnérables et de savoir que c'est normal de se sentir vulnérable, alors c'est ce que nous devons faire, nous devons vraiment le faire sortir. Et je pense que c'est très similaire, je le mets dans une catégorie similaire à des choses comme l'anxiété sociale où, et je sais que j'ai connu cette situation, vous allez à un événement social, vous entrez dans la pièce, vous pensez que tout le monde va s'arrêter et vous fixer, mais ça n'arrive pas, les gens ne se moquent pas de vous quand vous entrez dans la pièce de même si vous avez une histoire de douleur, douleur émotionnelle, douleur physique et que vous voulez en parler, les gens vous écouteront personne ne va se moquer de vous, personne ne va se moquer de vous, personne ne va vous intimider. Ça arrive parfois, surtout avec peut-être les enfants à l'école, mais euh pour la plupart, la plupart des gens seront empathiques, et ils écouteront donc très encourageant que vous racontiez votre histoire, j'aime raconter mon histoire et nous encourageons les autres à faire de même. Quand vous parlez de la pandémie, et nous enregistrons cet article en octobre 2021, les choses ont beaucoup changé, et beaucoup mieux, mais dans les semaines à venir, nous aurons bientôt les vacances, je sais qu'au Canada vous avez déjà fêté Thanksgiving, mais nous avons Thanksgiving dans environ un mois ici aux États-Unis et ça donne le coup d'envoi de la saison des vacances, Noël après ça, Hanukkah, Diwali, peu importe ce que vous célébrez, c'est une saison de vacances, c'est une saison que la plupart des gens associent à la joie, au bonheur, avec la famille, mais malheureusement, ce n'est pas le cas pour tout le monde, donc je pense qu'il est vraiment important de savoir qu'il y a des gens qui se sentent seuls et isolés, peut-être à cause de la pandémie, peut-être parce que c'est leur vie et ils sont seuls, et ils n'ont pas beaucoup d'amis ou de famille. Donc, si vous connaissez quelqu'un qui se trouve dans un état d'isolement et qui ressent les effets des différents lockdowns que nous avons dû tendez la main à cette personne, invitez-la à dîner pour Thanksgiving, invitez-la chez vous pour Noël, le lendemain de Noël, peu importe. Incluez les gens dans vos célébrations, incluez les gens dans votre famille. Cela coûte très Cela coûte très peu, cela ne demande pas beaucoup d'efforts et cela peut signifier beaucoup.

Elaine : Absolument et il y a un autre groupe de personnes à qui je veux m'adresser directement et ce sont les gens comme moi qui pensent que vous savez, vous êtes une île, vous devez, c'est vous contre le monde et vous protégez les autres de vous. Et bien, devinez quoi ? Je croyais vraiment que je devais garder mon histoire pour moi, pas seulement par honte, mais parce que je ne voulais pas ennuyer les gens. Je pensais juste que c'était dégoûtant et que j'ennuierais les gens et il y a beaucoup de gens comme moi et je veux dire que dès que vous vous rapprocherez de moi, vous saurez que vous n'êtes pas le seul, peu importe ce que vous avez traversé, nous ne sommes jamais le seul, il y a toujours quelqu'un d'autre qui a été dans cette position. Et ma mère et mon père, depuis que je suis petite, si quelqu'un était seul à Noël, quelqu'un qui travaillait avec mon père ou quelqu'un que ma mère avait rencontré ou ma grand-mère, ils étaient invités chez nous pour Noël parce que ma mère refusait que quelqu'un soit seul pendant les vacances et nous tous, comme mes enfants aussi. Nous le faisons tous parce que c'est important que les gens soient avec d'autres à n'importe quel moment de la fête.

David : Oui, absolument et comme je l'ai dit, je pense que c'est important à tout moment de l'année, mais à l'approche de la période de novembre et décembre, je pense que c'est particulièrement important. Alors, Elaine, comment faites-vous pour faire passer votre message ? Je sais que vous avez une chaîne de podcast, vous avez dit que vous êtes active sur le clubhouse et j'imagine que votre travail dans l'intégration du référencement doit vous avoir aidé à faire passer le mot pour votre mission ici parce que vous êtes bien équipée, probablement mieux équipée que beaucoup de gens pour savoir comment faire passer un message, alors comment vous y prenez-vous, comment atteignez-vous les gens ?

Elaine : J'ai beaucoup de chance dans ce sens que j'ai ces connaissances, j'ai les outils. Quand j'ai décidé de mettre en place le podcast, j'ai tout de suite su que je devais intégrer tous les éléments, pour donner les bonnes informations aux robots de recherche. Ok, et les petites choses pour les petites entreprises, c'est aussi simple que d'utiliser la même photo pour votre profil sur tout l'internet. Si vous utilisez des photos différentes, avec un chapeau, sans chapeau, peu importe, vous indiquez aux moteurs de recherche qu'il y a plus d'une personne et que ce n'est probablement pas vous. Donc, lorsque vous voulez faire un point, lorsque vous avez des informations importantes à partager, assurez-vous que tout ce que vous publiez, et c'est un petit conseil que je donne à tous mes clients. à tous mes clients, même vos images, vos pdfs, vos vidéos, vos podcasts, nommez-les correctement, pour que l'on puisse remonter jusqu'à vous. Mettez des tirets entre chaque mot, ne dépassez pas 70 caractères, assurez-vous que vous montrez aux robots de recherche que c'est pertinent pour votre domaine d'expertise. Nous sommes en page 1.

David : Je ne m'attendrais pas à ce que vous soyez ailleurs, c'est génial. Et j'ai vu que vous étiez, vous êtes actif sur Twitter et je pense sur de nombreuses plateformes de médias sociaux.

Elaine : Je suis aussi incroyablement curieuse, je suis la deuxième personne la plus curieuse de la planète.

David : Puis-je demander qui est le premier ?

Elaine : Je ne sais pas, mais je vous garantis qu'ils sont au Texas. Tout est plus grand et meilleur au Texas, non ? Je ne vais pas discuter.

David : Le Canada est plus grand que le Texas, mais nous n'avons pas besoin d'en parler. Alors, Elaine, avant de conclure, j'aimerais vous demander si vous avez l'impression d'avoir aidé les gens à, dans le monde de la survie au suicide, si vous avez l'impression que votre parole a circulé, qu'elle a touché suffisamment de gens et que les gens se sont sentis à l'aise dans ce que vous faites et que vous avez des résultats positifs pour votre travail ?

Elaine : Je peux honnêtement dire, chaque semaine, je suis tellement touchée par les gens qui viennent au clubhouse de la chambre, par les gens qui ne viennent pas seulement en tant qu'invités eux-mêmes, mais qui m'envoient des gens pour être invités, mais une femme en particulier a dit que j'étais le conduit qui lui a permis de parler enfin de son frère ou de sa sœur. Une autre qui a appris très tard la vraie nature de la mort de son père, de sorte que je suis la première personne à qui elle a parlé. J'ai vu par hasard quelque chose qu'elle avait écrit à propos d'autre chose et j'ai été en quelque sorte orientée pour lui parler. Un gentleman a hanté nos chambres, je dis bien hanté, pendant environ trois semaines et il est venu et a dit merci pour que finalement quelqu'un nous parle. Je veux vous donner une plateforme pour me dire autant ou aussi peu que vous le pouvez, afin que vous receviez du réconfort. C'est là tout l'intérêt.

David : Et est-ce que vous avez vos salles de clubhouse à un horaire régulier ?

Elaine : Oui, mardi après-midi à 13 heures (heure de l'Est) et c'est sous la bannière "Suicides Zen Forgiveness".

David : Ok, ouais, je pense que le clubhouse est un moyen merveilleux, j'ai rejoint quelques salles moi-même et j'ai rencontré des gens incroyables et des gens que j'ai interviewés moi-même pour cette chaîne, que j'ai rencontrés par le biais de la salle du clubhouse, donc c'est tout simplement incroyable. Donc, Elaine, une dernière chose, si quelqu'un sent qu'il veut faire ça aussi, qu'il veut vous aider, travailler avec vous, faire quelque chose pour aider votre cause et en tirer profit, quel est le meilleur moyen de vous joindre, quel est le meilleur moyen pour quelqu'un d'aider le travail que vous faites ?

Elaine : Eh bien, vous pouvez m'envoyer un courriel à [email protected]. Vous pouvez aussi chercher Elaine Lindsey, je suis partout.

LinkedIn, Facebook, Twitter, Pinterest, Snapchat, TikTok, Instagram et je répondrai, absolument. Et si vous voulez juste partager, si vous avez juste besoin de quelqu'un à qui parler, c'est de cela qu'il s'agit.

David : Oui, et c'est encore une fois je pense que les mots les plus importants et que deux choses que je sais que vous et moi sommes de grands croyants, c'est qu'un problème partagé est un problème aidé. Cela ne le résoudra pas nécessairement, mais même dans les situations de tous les jours, il suffit parfois de partager avec un partenaire, un conjoint, un ami, quelque chose qui vous tracasse dans la vie, et vous vous sentez mieux après l'avoir partagé. Parfois, quelqu'un peut simplement vous donner ce point de vue perspective qui vous aidera à comprendre par vous-même. Je dis toujours que le travail d'un thérapeute n'est pas de résoudre vos problèmes à votre place, mais de vous aider à les résoudre vous-même et, de la même façon, si vous avez quelque chose dont vous avez besoin de parler, parlez-en ouvertement, il y a de fortes chances que quelqu'un vous aide et je pense que les quatre mots les plus importants auxquels vous souscrivez sont "vous n'êtes pas seul" et vous y avez fait référence au cours de cet entretien et je pense que c'est très important de le savoir.

Elaine : Ouais et une autre chose à laquelle je pense que souvent les gens ne pensent pas vraiment parce que c'est un peu ésotérique, mais quand on le retient, c'est comme ça qu'on se rend malade. Notre corps n'est pas fait pour retenir les choses, vous avez déjà vu le troupeau de cerfs ou d'antilopes dans la savane, ils sont tous dans un troupeau, ils sont tous debout autour et ils sentent un lion ou quelque chose et ils courent. Et quand ils s'arrêtent, ils tremblent tous et c'est eux qui se débarrassent de ce qui s'est passé. Pour une raison quelconque, vous ne vous êtes pas accroché à ce petit bout de pierre qui vous permet de vous débarrasser des ordures. Donc, je dis toujours aux gens que lorsque vous aurez fini de partager, vous vous sentirez plus léger et ensuite je veux que vous fassiez quelque chose de super ésotérique, mais je veux que vous imaginiez une douche de lumière qui nettoie toutes les ordures. Et vous pouvez vous tenir sous cette douche aussi souvent que vous le voulez et la prendre de moi, car c'est moi qui ai tout retenu. Ce n'est pas bon, ce n'est vraiment pas bon.

David : Des mots très puissants et je pense que c'est un excellent point pour nous de conclure et de terminer ici. Alors, Elaine, merci beaucoup pour vos paroles de sagesse aujourd'hui, c'était très inspirant de parler avec vous, à la fois de votre vie professionnelle et surtout du grand travail que vous faites dans la prise de conscience et le pardon, que vous êtes capable d'encourager et d'aider les autres à comprendre, alors merci beaucoup et je vous souhaite beaucoup de succès et je sais que nous resterons en contact.

Elaine : Absolument et profitez au maximum de votre journée, chaque jour.

David : Merci, vous aussi, et merci à tous d'avoir regardé. Si vous avez apprécié cette vidéo, veuillez vous abonner à notre chaîne, laissez vos commentaires ci-dessous et jusqu'à la prochaine fois, portez-vous bien, soyez heureux.

 

OBTENEZ WEDO AUJOURD'HUI !

Catégories

Archives